Uncategorized

Katia 19 ans et nymphomane. Luesur le net

Amateur

Katia 19 ans et nymphomane. Luesur le net

CHAPITRE I – DECOUVERTE DU VRAI PLAISIR.

Je m’appelle Katia et j’ai presque 19 ans. Je vis depuis 2 ans avec Jacques un homme de 20 ans de plus que moi avec qui je suis très heureuse, et je n’en ai jamais connu d’autre avant lui.
Détournement de mineur ? Non, car je suis émancipée depuis quelques mois, dès que j’ai eu 16 ans.
Oui, j’ai eu une jeunesse des plus difficiles et je ne veux pas m’attarder le dessus
Comble de malchance, j’ai été frappée d’une maladie assez grave dont je me suis sortie sans trop de séquelle. La seule marque me restant de cette maladie, rayons X obligent, est que je suis totalement imberbe. Seuls mes cheveux ont repoussés, quant au reste, c’est-à-dire mes aisselles et mon minou, pas un seul poil, ce qui n’est pas pour me déplaire.
Sans vouloir me vanter, les hommes s’accordent à dire que je suis une petit canon. Enfin, enfin c’est que je les entends dire tout le temps et j’en viens à le croire en voyant leur regard lorsqu’il se pose sur mon corps.
Je suis très fine, les cheveux bruns, 2 grands yeux verts. Mon tour de poitrine est de 100 C. Oui j’ai de gros et magnifique seins qui sont fermes et dont les pointes se dressent fièrement.
Ma taille est des plus fines ce qui met d’autant plus en évidence mes seins. Je suis d’origine Malgache, donc avec la peau très mate, je suis métis quoi.
Autre particularité, je ne porte jamais de sous vêtement. Je suis toujours nue sous mes vêtements, mais ça personne ne le sait. On peut le deviner seulement lorsque je porte un pantalon moulant ou une jupe moulante, car bien sur il n’y a pas la moindre trace de culotte.
Jacques, l’homme avec qui je vis, n’est pas ce que l’on peut appeler un beau mec, mais je ne sais pas pourquoi, sans doute parce que je me sentais mal à une certaine époque et qu’il m’a beaucoup soutenue, il m’a fait craquer. Il n’empêche que je suis très amoureuse de lui et serais capable de pas mal de chose pour le rendre heureux.
Jacques a de nombreux fantasmes, et bien que je ne les partage pas tous avec lui, il y en a un qui m’excite au plus haut point, c’est de faire l’amour devant lui avec un autre homme.
Lui, n’arrête pas de m’en parler. Il en a très envie. Il veut me voir jouir dans les bras d’un autre homme que lui. D’ailleurs, lorsque nous faisons l’amour, il lui arrive de me demander d’imaginer la scène, et je peux vous assurer que j’y prends beaucoup plus de plaisir que d’habitude.
J’en ai envie, mais je ne crois pas être capable de franchir le pas. Ca reste un fantasme quoi.

Pourtant, un soir, ayant envie de l’exciter pour qu’il me fasse l’amour, je me suis habillée relativement sexy avec une belle robe noire très mini et très décolletée. Quand je suis ainsi vêtue, il comprend de suite que je suis prête à m’offrir à lui et m’entraîne dans la chambre pour profiter de mon jeune corps.
Mais ce soir là, il entre dans l’appartement avec un homme que je ne connais absolument pas.
Je suis un peu déçue, car l’amour avec Jacques, ce n’est pas pour tout de suite.
L’homme est grand, 30 ans environ, bronzé, très baraqué, très beau quoi.
Je ne suis pas très gênée par ma tenue, car même si elle est sexy et que je suis très attirante dedans, elle reste tout de même acceptable !

Il fait les présentations. L’homme est en fait un représentant de commerce dont il a fait la connaissance aujourd’hui au boulot.
Je suis un peu étonnée que Jacques soit aussi vite intime avec un homme qu’il ne connaissait pas la veille, mais bon, rien ne m’étonne de sa part.
Jacques montre le canapé à Fabien pour qu’il s’y asseye, et s’installe dans le fauteuil du salon.
Je n’ai pas le choix, je suis obligée de m’installer moi aussi dans le canapé à deux places, juste à côté de Fabien.
Jacques à l’air satisfait de la situation et se décide à se lever pour servir l’apéritif.
Je devrais me lever et lui prendre la place dans le fauteuil ou alors aller me changer pendant qu’il est dans la cuisine, mais je n’en fais rien, car l’homme serait sans doute vexé. L’ambiance se débride, mais je me demande toujours, tout en participant à la conversation, ce qu’est venu faire cet homme ici alors que Jacques ne le connaît même pas.
Tout à coup Jacques se lève et dit :
– Merde ! J’ai plus de clopes ! Reste là Fabien, j’en ai pour 5 minutes.

Jacques sort de l’appart et je me retrouve seule avec le fameux Fabien.
Je ne sais pas pourquoi mais je me sens toute bizarre d’être seule avec cet homme.
Non ne parlons pas pendant un petit moment et ce silence est très gênant. Pour un représentant ça la fout mal de ne pas avoir de conversation.
C’est moi qui entame la discussion :
– Vous êtes commercial dans quel domaine ?

Fabien :
– Je vends des produits de beauté !

Il commence à m’intéresser car comme toutes les femmes j’aime bien prendre soin de mon corps et si je pouvais obtenir quelques échantillons gratuits de produits de beauté de luxe, ça m’intéresserait beaucoup.
– Ah bon ! et ça se vend bien !

– Oui ça va ! Mais en ce moment il y a un produit de folie ! Une huile pour le corps, qui donne à la peau une douceur extrême !

Ca y est c’est parti ! L’ambiance se déride. Il ouvre sa valise et sort une bouteille joliment décorée, et me dit :
– Ouvrez et sentez ! Vous allez voir, c’est délicieux ! Un nectar d’amour !

Il me fait rougir le salaud en me parlant de nectar d’amour. Ca me fait penser à des produits aphrodisiaques !

Comme je ne réponds pas, il me dit :
– Vous voulez l’essayer !

Moi, timide :
– Heu je ne sais pas ! Je crains de ne pas savoir bien l’appliquer sur mon corps !

Il a réponse à tout, car il me dit :
– Qu’à cela ne tienne ! Je vais vous en enduire moi même !

Moi un peu outrée :
– Je ne vais quand même pas me déshabiller devant vous !

Lui :
– Ne vous inquiétez pas, vous n’aurez qu’à mettre les mains sur vos seins pour les cacher pendant que j’enduis votre dos et votre buste ! Vous savez je fais ça tous les jours et ça n’est pas dans mon intérêt d’être osé avec les clientes ! Je ne vendrais plus rien ! Mettez vous devant cette grande glace pour que je puisse voir ce que je fais !

Devant un tel discours, je cède et lui fait entièrement confiance. Je me place donc devant la glace. Fabien se retourne et me dit !
– Enlevez le haut de votre robe et mettez vos mains sur vos seins ! Je ne regarde pas !

Je sens mon visage rougir de honte. Avec beaucoup d’hésitation, je fais glisser les bretelles de ma robe sur mes épaules. Je jette un regard dans la grande glace.
Je pose les mains sur mes globes. Etant donné le volume de mes seins, mes mains cachent juste l’essentiel. Je vois aussi derrière moi, les yeux fermés, ce très beau mec qui va bientôt poser ses mains sur mon corps. C’est très heu. étrange comme situation et un brin excitant.
Fabien est patient car il attend 3 longues minutes jusqu’à ce que je me décide enfin à lui dire :
– Voilà ! Je suis prête !

Lorsqu’il ouvre ses yeux, je sens mon visage bouillir de gêne. Je n’ose pas croiser son regard et d’ailleurs, avec beaucoup de tac il n’essaie pas de me regarder. Il va travailler comme un professionnel mettant en avant la marchandise qu’il vend. Bien que je ne me sois jamais retrouver dans une telle situation devant un inconnu, son indifférence me rassure et ma gêne s’estompe.
Ses mains se posent alors sur mon visage. L’huile délicieuse s’étale sur mon visage. Ses mains sont douces, c’est vraiment très agréable et je me sens de plus en plus à mon aise.
Délicatement, il enduit tout mon visage de ce doux produit. Je me sens bien.
Ses mains glissent vers mon cou. C’est d’autant plus agréable qu’il me masse en même qu’il étale l’huile sur mes épaules.
Puis ses mains glissent sur mon dos. Je ferme les yeux car sa délicatesse est merveilleuse et j’ai envie de déguster ces moments de douceur.
Je ne me rends pas trop compte que ses mains descendent de plus en plus bas dans mon dos. Elles sont sur la chute de mes reins. Je pourrais trouver ça un peu osé, mais c’est tellement délicieux et fait si naturellement que je le laisse faire.
Il masse merveilleusement ma peau. Je me sens huileuse et c’est très agréable. Ses mains glissent sur mon dos, montent, descendent, remontent, redescendent de plus en plus bas.
Ses doigts effleurent la ceinture de ma robe qui est pourtant très basse.
Je sursaute tout à coup. Ses mains viennent de se poser carrément sur mes fesses.
Le coquin est tellement délicat que je n’ai rien senti lorsqu’il a baissé presque entièrement le zip de ma robe. Elle ne tient plus que par l’attache de la fermeture éclair et mes fesses sont nues.
Devant mon sursaut, ses mains se font aussitôt plus douces, plus délicates. Devant une telle douceur, je ne peux pas protester car j’ai trop envie que ça continue.
Alors je le laisse faire.
Ses mains s’attardent longuement sur mes fesses. Elles s’attardent tellement que je ne peux plus me convaincre que ces gestes sont innocents. Le coquin de Fabien est en train de profiter de la beauté de mon corps et fait tout pour ..m’exciter.
Puis enfin ses mains quittent mes fesses. J’ai les sens tout retourné. En massant mes fesses, Fabien m’a donné un plaisir incroyable qui me fait peur car je me sens prête à faire des folies.
Ses mains glissent alors sur mes cuisses. Je ne le vois plus dans la glace car il est accroupi derrière moi.
Alors je fais une chose que j’ai envie de faire depuis qu’il a commencé à masser mes fesses et peut être même avant.
Doucement, je fais bouger mes mains sur mes seins. Je les masse délicatement en me mordant les lèvres pour ne pas échapper de gémissement. Je sens mon sexe bouillir. Mes tétons se sont dressés, je ferme les yeux.
Fabien continue de passer de l’huile sur mes cuisses, puis sur mes mollets.
Ses mains remontant doucement sur mes cuisses, sur mes fesses. Encore une fois elles s’y attardent longuement. Je masse mes seins de plus belle. Puis ses mains remontent sur mon dos, glissent sur mes épaules.
C’est alors que je réagis. Si ces mains sont sur mes épaules, c’est qu’il est debout, et s’il est debout, il doit me voir en train de masser mes seins dans la glace en me mordant les lèvres de plaisirs.
J’arrête aussitôt. La honte s’empare de moi. J’ouvre les yeux. Effectivement, Fabien est debout et me regarde dans la glace tout en me massant les épaules. Il m’a vu c’est sûr. Il doit imaginer que j’ai envie de faire l’amour, qu’il m’a excitée.
Je suis toute rouge. Fabien quitte mon regard, faisant mine de n’avoir rien vu. Je suis soulagée.
Il remet une fois de plus de l’huile sur ses mains. Il les pose sur mon ventre et toujours aussi délicatement, il enduit mon ventre.
Ses mains descendent très bas, plus bas que le nombril, jusqu’à la ceinture de ma robe.
Partout ou il met ses mains, je ressens de l’excitation. Il va falloir que ça s’arrête sinon je vais craquer.
Puis ses mains sont à la base de mes seins. Délicatement, avec encore plus de douceur. Petit à petit, tout en continuant ses massages à la base de mes seins, je sens ses doigts qui montent petit à petit sur mes globes.
Au bout de 2 ou 3 minutes de ces douces caresses, je sens ses doigts contre ma main.
Le coquin a carrément posé ses mains sur les miennes qui s’évertuent à cacher mes tétons.
Puis, le bout de ses doigts s’insinue légèrement sous mes doigts. Je ne fais rien pour l’en empêcher. Je suis trop excitée pour ça.
Au contraire, je lâche la pression que je fais sur mes seins et laissent les doigts de Fabien passer sous les miens. Aussitôt, ses doigts glissent jusqu’à mes tétons.
Il ne paraît pas étonner qu’ils soient aussi dressés. Il ne paraît pas étonner que je sois aussi excitée. Sans doute à t-il l’habitude, il doit bien avoir beaucoup de clientes coquines.
A mon grand désarroi

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

gaziantep escort antep escort izmir escort karşıyaka escort malatya escort bayan kayseri escort bayan eryaman escort bayan pendik escort bayan tuzla escort bayan kartal escort bayan kurtköy escort bayan ankara escort kayseri escort