Uncategorized

La vengeance d’une femme

La vengeance d’une femme
Chaque année en septembre, nous organisons le repas de la classe 1975, façon de suivre ce que chacun est devenu, de retrouver ses amis le temps d’une soirée, certains et certaines revenant dans notre pays d’enfance juste le temps de ce week-end.

Nous nous retrouvons donc une bonne cinquantaine, à plaisanter, rire, se raconter nos vies, certains même avec exagération.

Comme chaque année aussi, j’ai droit à un accueil glacial de la part d’une poignée d’homme car j’ai eu le plaisir de goutter à leurs épouses avant eux, mais bon c’est la vie j’ai eu la chance de goutter les plus belles de la soirée et l’assume pleinement.

Bref, la soirée démarre sur les chapeaux de roues entre rire et quelques ricard plus que lourdement dosés, chacun y va de son anecdote et Dominique un de mes plus vieux amis commence à raconter nos histoires de jeunesse, la fois où je m’étais fait choper par le fils de mon patron les fesses dans le foin avec Audrey mon ancienne petite amie, la fois où invités par une copine en école d’infirmière nous étions rendu compte que nous avions couché avec la même fille à 1 heure d’intervalle, la fois où il avait dû sauter par le fenêtre de la chambre de sa voisine car le mari venait de rentrer… Bref une conversation, comme à notre habitude portée énormément sur nos histoires de fesses…
Nous tenions toujours tû mon histoire avec Rachel ma meilleure amie, par respect pour son mari qui était devenu avec le temps un copain.

Dominique emporté par son élan, fini par cracher le morceau alors que Fred et Rachel étaient devant moi, la dispute éclata sans en venir au mains, Fred étant loin d’être suicidaire. Mais beaucoup de mots furent échangés entre nous 3, Fred fini par partir en laissant sa femme à pied à 20 km de chez elle et en pleurs.

La soirée ne pouvait pas être plus plombée que cela…

Au bout d’une heure de pleurs et de consolations, celle-ci changea de visage. Elle commença à se mettre à danser et boire plus que d’habitude, elle chauffait tous les hommes autours d’elle et certaines femmes le prenaient plutôt mal. Ne voulant pas qu’un deuxième incident n’éclate, je décidais d’aller faire un tour avec elle dehors dans le parc, afin de lui faire reprendre ses esprits.

Assis sur un banc, nous avons eu une longue discussion et de fil en aiguille, quelques chastes caresses, un baiser, puis deux… Jusqu’à ce que nous soyons allongés côte à côte sur la pelouse, plus au moins habillés. Elle prit l’initiative de caresser mon sexe et toutes mes bonnes intentions s’envolèrent en un instant.
Au diable le cocul, ce soir Rachel et moi baiserons comme des fous !!!!!

Elle m’enlève ma chemise pendant que ma bouche et ma langue jouent sur ses seins, ma main s’aventure entre ses jambes et je glisse 2 doigts dans se fente déjà humide, mon pouce roulant sur son clito.

Pendant que nos langues s’entremêlent, je glisse un troisième puis un quatrième doigt dans son sexe complètement liquifié, je sens sa mouille couler jusqu’à mon poignet. Elle, m’embrasse fougueusement, me mordille le cou et l’oreille, me suce les seins tout en branlant vigoureusement mon sexe.

L’excitation est à son comble, elle retire ma main de sa vulve, embrasse mon gland et se met à 4 pattes. Quelles superbes fesses, comment résister à l’invitation? mon sexe rentre d’un coup jusqu’à la garde et je commence mes coups de boutoir dans un clapotement qui me fait comprendre qu’elle a déjà jouis. Je claque ses fesses, aventure un de mes pouces dans son petit trou, rien ne m’est interdit ce soir, ma sauvagerie semble l’exciter de plus en plus.

Mes allers-retours se font de plus en plus violents, je sens que je vais jouir et elle aussi d’ailleurs, elle me repousse, se retourne et avale mon sexe avant que ma semence n’arrive et ne pouvant pas tenir je jouis dans sa bouche. Pensant avoir mal agis, je m’excuse et n’obtient comme réponse qu’une pipe dantesque interdisant à mon sexe le moindre coup de mou…

Voyant que je n’aurai aucun répis, je fais jouer mes doigts sur et dans sa fente, ne pouvant lui rendre ses baisers compte tenu de sa position. Elle empoigne ma main et la dirige vers son anus, me regarde d’un air coquin et me dit “c’est là que je veux ton sexe maintenant”. Elle se retourne à nouveau, toujours à 4 pattes et m’offres à nouveau une superbe vue sur ses fesses, l’envie de la lécher me prends et ma langue s’active frénétiquement sur son petit qui s’assoupli de plus en plus.

Elle se cambre, passe une main entre ses cuisses, m’att**** le sexe et fait buter mon gland contre son cul. Puis par de lent mouvements de hanche, me fait entrer en elle. Je reprends alors mes va et viens, doucement tout d’abord, puis tenant fermement ses hanches de plus en plus violemment, elle se contracte de temps en temps, serre mon sexe et se relache… A ce regime, je ne tiens pas bien longtemps et jouis à nouveau en elle…

Nous nous rallongeons, échangeons à nouveau carresses et tendres baisers et restons là un long moment, jusqu’à ce que la fraicheur de la nuit nous gagne…

Sur le chemin du retour, je n’ai pas osé lui dire qu’elle était mon seul regret et que je l’avais toujours aimé… Peut être aurais-je dû ? Elle par contre m’avoua qu’elle tenait sa vengeance et qu’elle avait fait avec moi ce soir, tout ce qu’elle lui avait toujours interdit et lui interdirai toujours…

Pure vengeance, désir ou les deux, je le saurai peut-être un jour… Mais que j’aime cette femme…

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

gaziantep escort antep escort izmir escort karşıyaka escort malatya escort bayan kayseri escort bayan eryaman escort bayan pendik escort bayan tuzla escort bayan kartal escort bayan kurtköy escort bayan ankara escort kayseri escort marmaris escort fethiye escort trabzon escort film izle bursa escort bursa escort bursa escort esenyurt escort avcılar escort ankara escort çapa escort mersin escort keçiören escort konuşanlar izle mersin escort kızılay escort escort ankara hack forum eryaman escort escort demetevler escort ankara escort bayan